L’homme miracle à travers l’Amérique

  • Markku Leppälä a pédalé  au course de Trans Am Bike en tant que le seul Finlandais.
  • Il a franchi les 10 états juste en trois semaines.

 

http://www.hameensanomat.fi/sites/default/files/styles/carousel_full/public/images/1107leppala_maalissa_yorktown_va.jpg?itok=bqcGYFY0

TONI RASIKANGAS TEKSTI// MARKKU LEPPÄLÄ KUVAT// LEENA MÖRSKY GRAFIIKKA

  • Markku Leppälä a pédalé  au course de Trans Am Bike en tant que le seul Finlandais.
  • Il a franchi les 10 états juste en trois semaines.

Basé à Hämeenlinna, Markku Leppälä a acquis une piste cyclable et a décidé de pédaler à travers  l’Amerique. Il remarqua vraiment en juin sauter sur la selle du vélo  en Astoria, à Oregon.

A 23 jours, 8 heures et 45 minutes, ainsi que 10 états et plus de 7000 kilomètres plus tard Leppälä a franchi la ligne d’arrivée sur la côte est à Yorktown, en Virginie.

Je quittai la route sur un coup de tête pour un moment, Leppälä rit.

 Leppälä n’a pas été aux voyages, mais seulement il a pris part à la  compétition Race-vélo Trans Am Bike en tant que le seul finlandais, et est arrivé  11 ème à la ligne de finition  parmi les 90 cyclistes les plus rapides. Le vainqueur Lael Wilcox a effectué le voyage en 18 jours.

DANS LE TRANS AM  il s’agit  de la concurrence ouverte, où les règles sont simples: on  ne doit pas  courir en s’accrochant sur l’autre ni obtenir des renforts. On peut obtenir de l’aide si on la demande ou l’acquérir, si elle est offerte.

L’horloge de course est compté jusqu’à ce que le coureur arrive à la ligne de finition ou abandonne le jeu.

– Avec ces règles on crée une situation où le succès ne repose pas sur qui a les meilleures troupes de service. Ainsi tout le monde a l’égalité des chances de bien faire dans la course et de faire des choix face à des ralentisseurs.

LE REVERS est survenu le premier jour.

J’avais pédalé à environ 150 kilomètres quand je suis entré dans des morceaux de verre et l’arrière  pneu du vélo a explosé près de Kansas. J’ai perdu 10 à 12 heures de chasse, pour un  nouveau pneu, quand je n’ai pas été en mesure de réparer le vieux. 

Autre difficulté que Leppälä a rencontré au  milieu du chemin était à l’est du Colorado, il n’y avait pas grand chose: les fluctuations électriques du vélo ont gelé et la batterie et le chargeur a été brisée.

Devait donc commencer l’homme miracle MacGyver, et construire une nouvelle batterie à partir de scotch et de piles de 9 volts, Leppälä rit.

Des animaux sauvages et autres circulations ont apporté des suspenses dans le voyage.

Il fallait faire attention, lorsque les habitants ont mis en garde des engourdissements, de meute de loups, des ours gris. J’ai eu la chance de ne pas tomber sur eux. A Montana j’ai vu plus de chevreuils que les voitures.

Principalement, Leppälä a pédalé en paix le long des routes périphériques à travers de petits villages.

– C’est seulement dans l’Est qu’a commencé à effrayer les camions qui balancaient juste à côté des routes étroites. Certains klaxonaient et montraient le doigt du milieu(majeur), ne sont pas habitués aux cyclistes.

Les Américains étaient principalement très chaleureux, bien que le long du chemin s’attroupait la foule de délinquants. 

– Un automobiliste m’a arrêté et a m’a donné une paire de hot-dog pour le voyage en guise d’énergie. Ce fut une belle surprise, comme la nourriture aux stations-service était toujours décevant.
LEPPÄLÄ PEDALAIT en moyenne, environ 295 kilomètres par jour.
Au début, il n’a pas épargné des kilomètres, ses yeux ne se fermaient que quelques heures par jour.
La partie la plus difficile n’a pas été de pédaler, mais le rytme du sommeil  et la lutte contre la fatigue. Le quatrième jour il cherchait où passer la nuit.  Le plus  surprennant dans le voyage de Leppälä était le paysage.
– Il y avait à Wyoming une robuste pessière et après un certain temps le rouge paysage de cheval d’opéra de la roche. Le meilleur moment pour pédaler était les levers du soleil. Il n’y avait pas de vents contraires ni de circulation. Les paysages étaient spéctaculaires. HäSa.
Références:Hämeen Sanomat, page B2-B3, 11.7.2016

Kommentointi on suljettu.

css.php